RAPPORT ANNUEL 2018

LA FONDATION

Le mot du Président

edito_1

LA CLINIQUE

Quelques brèves de 2018

breve_sommaire

LA CLINIQUE

La Source pionnière en Europe

lasource_sommaire

LA CLINIQUE

Une approche pluridisciplinaire pour traiter l’obésité

une approche_sommaire

LA CLINIQUE

La Radio-oncologie: médecine de haute précision

radio_sommaire

LA CLINIQUE

La qualité au quotidien

la qualite_sommaire

LA CLINIQUE

Chiffres clés 2018

essentiel_sommaire

ÉCOLE

2018, une année qui restera dans les annales!

2018_sommaire

ÉCOLE

Beaulieu: plus qu’une extension, une vision

beaulieu_sommaire

ÉCOLE

Formation et Affaires estudiantines

formation_sommaire

ÉCOLE

Recherche & Développement et Prestations de service

recherche_sommaire

ÉCOLE

Affaires internationales

affaires_sommaire

ÉCOLE

Institut La Source

institut_sommaire

L’ÉCOLE

Bilan et Perspectives

bilan_sommaire

ÉCOLE

Diplômes et Prix

diplome_sommaire

LE CONSEIL DE FONDATION

Conseil de fondation

conseil_fondation_sommaire

ANNEXE

Dons reçus en 2018

dons_sommaire

ANNEXE

Remerciements

remerciements_sommaire

ANNEXE

Impressum

impressum_sommaire

RAPPORT ANNUEL 2018

Une approche pluridisciplinaire pour traiter l’obésité

La Suisse n’échappe pas à ce phénomène planétaire: l’obésité touche une partie croissante de sa population. Ces dernières années, le nombre d’adultes et d’enfants souffrant de surcharge pondérale a enregistré une forte hausse dans notre pays. Près de 41% de la population adulte est en surpoids dont 10% est obèse. Une évolution qui constitue un défi de taille pour le système de santé et le travail de prévention. «On définit l’obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle. Ses causes et ses facteurs de risque sont principalement héréditaires, psychologiques (dépression, traumatismes, anxiété, etc.), alimentaires, sociaux et environnementaux» explique le Dr Vittorio Giusti, spécialiste en endocrinologie-diabétologie et Directeur médical du Centre médico-chirurgical de l’obésité de La Source (CMCO) inauguré en février 2018.

     L’obésité présente plusieurs risques pour la santé: maladies cardiovasculaires, hypertension, diabète de type 2, apnée du sommeil ou cancers hormonodépendants (du sein, de l’endomètre, etc.). A quoi s’ajoute aussi l’exclusion sociale vécue par les patients, souvent encore considérés comme responsables de leur maladie.

 

UNE PRISE EN CHARGE GLOBALE EN UN SEUL ET MÊME LIEU

«Parce que l’obésité est une maladie complexe, multifactorielle et psychosomatique, nous avons souhaité créer un centre qui puisse offrir à nos patients une prise en charge globale de toutes les problématiques liées à cette pathologie» détaille le Dr Giusti. «Cette approche pluridisciplinaire se traduit par le fait de réunir autour d’eux tous les spécialistes – endocrinologues, cardiologues, psychologues, psychiatres, diététiciennes et chirurgiens – en un seul et même lieu. Sans oublier l’Institut de physiothérapie de La Source qui se situe dans le bâtiment d’à côté.» Une fois par semaine, ces différents spécialistes se réunissent en colloque pour discuter de chaque patient. «Nous sommes l’un des rares centres en Suisse à offrir une prise en charge aussi complète avec tous les spécialistes sur place» souligne le Dr Bijan Ghavami, spécialiste en chirurgie et chirurgie viscérale à La Source.

PLUS DE 500 NOUVEAUX PATIENTS EN 2018

Actif aussi bien sur le plan de la prévention que du traitement, le CMCO s’adresse à des patients souffrant d’obésité, de surcharge pondérale, de troubles du comportement alimentaire, de déséquilibres alimentaires, de problèmes métaboliques ou encore à ceux nécessitant une réadaptation musculaire. Ses prestations se déploient autour de 5 pôles d’activités: chirurgie bariatrique, troubles du comportement alimentaire, nutrition, activité physique et bien-être. Depuis son ouverture, le CMCO a accueilli plus de 500 nouveaux patients, dont 76% de femmes.

LE GROUPE COMME CATALYSEUR THÉRAPEUTIQUE

Outre des consultations individuelles, près de 70% du travail avec les patients s’effectue en groupe. Sur des thématiques allant de l’éducation alimentaire à l’image corporelle ou à la gestion des émotions et la pleine conscience, en passant par des séances de dégustations pour apprendre aux patients à retrouver des sensations perdues en lien avec leur alimentation ou des groupes de paroles pour ceux qui ont été opérés. Animés par les médecins, les psychologues et/ou les diététiciennes du CMCO, ces ateliers ont souvent lieu en soirée pour s’adapter aux horaires des patients. «Le travail en groupe se révèle d’une richesse extraordinaire pour ces patients. Il facilite l’interaction, permet le partage d’expériences et a un effet notoire dans la réduction de la culpabilité. C’est un outil de travail très efficace qui rend le patient acteur de son mieux-être» indique le Dr Giusti. Un constat que partage pleinement Stéphanie Haymoz, psychologue-psychothérapeute au sein du CMCO.  Le groupe est un mécanisme d’action en soi. Les patients que nous accompagnons prennent conscience qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation et, plus important encore, ils se rendent compte qu’ils peuvent s’aider les uns les autres. Ils s’enrichissent mutuellement en partageant leur vécu». A ces séances de groupe s’ajoute un travail de psychothérapie individuelle pour les patients qui le souhaitent.

UN IMC SUPÉRIEUR À 30

Un indice de masse corporelle (IMC) élevé (le poids – en kilogramme – divisé par la taille – en mètre – au carré), supérieur à 25, signale un surpoids. On parle d’obésité à partir d’un IMC supérieur à 30 et d’obésité sévère à partir d’un IMC supérieur à 35.

UNE SALLE MÉTABOLIQUE UNIQUE À LAUSANNE

«Il n’y a rien de plus décourageant pour un patient que de constater que l’exercice physique auquel il s’astreint péniblement n’a aucun effet sur sa perte de poids. Nous constatons souvent qu’il est inutile de lui recommander de faire de l’exercice, de l’aqua gym par exemple, si ses muscles ne sont pas bien préparés» souligne le Dr Giusti. Le CMCO est ainsi doté d’une salle métabolique unique à Lausanne. Un outil essentiel pour personnaliser la prise en charge. Elle permet de réaliser des tests métaboliques et des tests d’effort pour évaluer les capacités musculaires du patient et lui proposer une activité physique adaptée. «Il s’agit donc dans un premier temps d’améliorer ses capacités musculaires afin de lui permettre, dans un second temps, de pratiquer une activité physique qui lui permette de véritablement perdre du poids.»

 

UNE CENTAINE D’INTERVENTIONS CHIRURGICALES PAR ANNÉE

«Pour l’obésité sévère, la chirurgie bariatrique constitue souvent la seule solution efficace pour une perte de poids à long terme. C’est le cas d’une partie des patients que nous avons accueillis au CMCO en 2018» rappelle le Dr Ghavami qui pratique ce type d’interventions depuis plus de 25 ans. Une centaine d’opérations est pratiquée chaque année à La Source, essentiellement des by-pass gastriques ou des ablations, dites sleeve, d’une partie de l’estomac. Les psychothérapeutes et psychiatres du CMCO interviennent également lorsqu’une intervention chirurgicale s’avère nécessaire. «Nous travaillons en amont avec le patient pour évaluer les éventuelles contre-indications sur le plan psychologique et ainsi prévoir si besoin une prise en charge pré-opératoire individualisée afin de garantir le succès de l’intervention bariatrique sur le long terme. Puis en aval, avec un suivi post-opératoire portant sur les difficultés que pourrait rencontrer le patient au niveau de la symptomatologie psychique, de son image corporelle ou encore de son comportement alimentaire. La perte de poids consécutive à une intervention bariatrique a des effets positifs sur grand nombre de patients, mais peut aussi entraîner certaines difficultés qui n’apparaissent que plusieurs mois après l’opération» explique Stéphanie Haymoz.