fr Les Laboratoires sur le front de la crise sanitaire

RAPPORT ANNUEL 2021

LA CLINIQUE

Quelques brèves de 2021

Brèves - Sommaire

LA CLINIQUE

Un écosystème de soins en évolution

Ecosystème - Sommaire

LA CLINIQUE

La Fondation La Source au cœur de la campagne de vaccination

Vaccination - Sommaire

LA CLINIQUE

Les Laboratoires sur le front de la crise sanitaire

Laboratoires - Sommaire

LA CLINIQUE

Une Clinique aux petits soins pour ses collaborateurs

Collaborateurs - Sommaire

LA CLINIQUE

Chiffres clés 2021

Chiffres - Sommaire

LA CLINIQUE

Des patients toujours aussi satisfaits

Patients - Sommaire

LA CLINIQUE

Bilan et Perspectives

Bilan - Sommaire

RAPPORT ANNUEL 2021

Les Laboratoires

sur le front de la crise sanitaire

 

Le dépistage a été l’une des pièces maîtresses de la lutte contre la pandémie. Malgré leur rôle crucial au sein du dispositif sanitaire mis en place par les autorités fédérales et cantonales, les Laboratoires de La Source sont jusqu’ici restés dans l’ombre. Le Dr Vincent Pryfer, Chef des Laboratoires et son adjoint David Vuagniaux, expert en analyses biomédicales, reviennent sur les grands défis que leurs équipes ont eu à relever depuis le déclenchement de la crise en mars 2020.

FACE À LA PREMIÈRE VAGUE

Mars 2020, le système de santé suisse se met en ordre de bataille pour lutter contre la pandémie de Covid-19 qui déferle sur l’Europe. La Fondation La Source intègre le dispositif sanitaire de crise mis en place par les autorités cantonales. La Clinique accueille des patients Covid dans une unité de soins intensifs dédiée et s’engage sur le front diagnostic en ouvrant en collaboration avec le groupe VidyMed un centre de dépistage sur son site, à côté des urgences du Centre médical de La Source. De sa propre initiative, elle décide également de mobiliser ses laboratoires pour réaliser les tests de dépistage qui doivent permettre de freiner la propagation du virus. «Nous sommes partis de zéro» se souvient le Dr Pryfer. «Nous n’avions à ce moment-là, ni les équipements techniques, ni les réactifs, ni le personnel formé pour faire face à un virus qu’on ne connaissait pas. En un mois à peine, nous avons réalisé ce qui en aurait pris trois en temps normal. Nous avons fait l’acquisition d’un appareil d’analyses et mis en place de nouveaux processus de travail». Grâce à cette mobilisation sans précédent, les Laboratoires de La Source ont ainsi été capables de réaliser entre 150 à 200 analyses PCR par jour entre les mois de mars et d’août 2020.

LA DEMANDE EXPLOSE

«Dans une pandémie de cette ampleur, nous sommes tributaires de l’histoire naturelle du virus, avec ses multiples mutations, et des exigences administratives que nous imposent les autorités sanitaires. Cela nous a demandé une grande agilité et de formidables capacités d’adaptation de la part de nos équipes.» poursuit le Dr Pryfer. A l’image de l’automne 2020 où la deuxième vague a submergé le monde alors que l’activité économique reprenait des couleurs. Les tests sont alors exigés pour voyager ou se rendre au restaurant et la demande explose: les Laboratoires reçoivent jusqu’à 600 demandes quotidiennes. Pour y faire face, ils s’équipent de deux nouveaux appareils d’analyses permettant d’augmenter significativement la cadence. «Entre septembre 2020 et juin 2021, nous avons réalisé 350 analyses par jour. Les demandes que nous ne pouvions pas prendre en charge étaient envoyées au CHUV et à un autre laboratoire privé. Nos effectifs ont dû être renforcés et nous avons créé une équipe entièrement dédiée au Covid composée de laborantins et de personnel administratif assurant une prise en charge 7/7». Derrière cela, il a fallu aussi gérer tous les processus pré-analytiques et informatiques afin de garantir une bonne circulation des informations et in fine une sécurité maximale des résultats transmis aux patients. «Pour le grand public, il est difficile d’imaginer ce qu’a impliqué l’instauration du QR code mis en place par les autorités fédérales pour lutter contre les falsifications de résultats» illustre David Vuagniaux. «Nous avons dû, là encore, nous adapter en l’espace de quelques jours à cette nouvelle exigence qui nous imposait de revoir tous les process mis en place quelques semaines auparavant».

DES LABORATOIRES TRANSFORMÉS EN AGENCE DE VOYAGE

La donne change à nouveau – et de façon radicale – en septembre 2021. Il incombe désormais aux Laboratoires de rendre les résultats d’analyse directement au patient, un rôle jusque-là occupé par les médecins. «Le test PCR est devenu un bien de consommation courant et nous nous sommes transformés en agence de voyage» se rappelle le Dr Pryfer. «Nous recevions alors jusqu’à 250 appels par jour» renchérit David Vuagniaux. «Nos techniciens en analyses biomédicales se sont improvisés standardistes pour répondre, week-end compris, à ces demandes urgentes de résultats et ont dû faire face à l’impatience de certains interlocuteurs». Cette situation inédite a amené les Laboratoires et le service IT de la Clinique à développer de nouvelles solutions informatiques pour transmettre les résultats directement aux patients par sms.

Nous n’avions à ce moment-là, ni les équipements techniques, ni les réactifs, ni le personnel formé pour faire face à un virus qu’on ne connaissait pas.

LE CHALLENGE RH

Pour fonctionner de manière efficiente, les Laboratoires doivent pouvoir compter sur des collaborateurs qualifiés. Or ceux-ci se sont faits de plus en plus rares sur le marché au fur et à mesure que l’épidémie progressait. Un énorme challenge pour le Dr Prfyer. «Au défi imposé par le fait de devoir s’adapter en permanence aux nouvelles recommandations sanitaires, s’est ajouté celui des ressources humaines. Le marché de l’emploi dans le domaine de l’analyse médicale s’est considérablement tendu ces deux dernières années. Nous avons dû déployer une énergie considérable pour trouver les profils – notamment les techniciens en analyses biomédicales – dont nous avions besoin pour faire face à cette demande exponentielle».

Nos techniciens en analyses biomédicales se sont improvisés standardistes pour répondre, week-end compris, à ces demandes urgentes de résultats.

UNE PLASTICITÉ EXCEPTIONNELLE

Aux 87'000 tests réalisés par les Laboratoires en 2021, il faut ajouter 100'000 dossiers de routine effectués pour les différents services de la Clinique ou les médecins et partenaires extérieurs. Des chiffres impressionnants qui viennent témoigner de l’ampleur de la tâche accomplie. «Nous nous sommes découverts une plasticité que nous ne pouvions même pas soupçonner. Nos laborantins ont réalisé jusqu’à 480 analyses par jour au plus fort de la crise. C’est dix fois plus que ce qu’ils faisaient au tout début de la pandémie. Il faut souligner l’effort phénoménal fourni par toute l’équipe des Laboratoires et leurs capacités d’adaptation exceptionnelles. C’est grâce à leur implication et à leur sens des responsabilités que nous avons pu apporter notre pierre à l’édifice.» conclut le Dr Pryfer.