RAPPORT ANNUEL 2018

LA FONDATION

Le mot du Président

edito_1

LA CLINIQUE

Quelques brèves de 2018

breve_sommaire

LA CLINIQUE

La Source pionnière en Europe

lasource_sommaire

LA CLINIQUE

Une approche pluridisciplinaire pour traiter l’obésité

une approche_sommaire

LA CLINIQUE

La Radio-oncologie: médecine de haute précision

radio_sommaire

LA CLINIQUE

La qualité au quotidien

la qualite_sommaire

LA CLINIQUE

Chiffres clés 2018

essentiel_sommaire

ÉCOLE

2018, une année qui restera dans les annales!

2018_sommaire

ÉCOLE

Beaulieu: plus qu’une extension, une vision

beaulieu_sommaire

ÉCOLE

Formation et Affaires estudiantines

formation_sommaire

ÉCOLE

Recherche & Développement et Prestations de service

recherche_sommaire

ÉCOLE

Affaires internationales

affaires_sommaire

ÉCOLE

Institut La Source

institut_sommaire

L’ÉCOLE

Bilan et Perspectives

bilan_sommaire

ÉCOLE

Diplômes et Prix

diplome_sommaire

LE CONSEIL DE FONDATION

Conseil de fondation

conseil_fondation_sommaire

ANNEXE

Dons reçus en 2018

dons_sommaire

ANNEXE

Remerciements

remerciements_sommaire

ANNEXE

Impressum

impressum_sommaire

RAPPORT ANNUEL 2018

La Source pionnière en Europe

 

avec un robot collaboratif pour la chirurgie spinale.

Depuis mai 2018, la Clinique de La Source est le premier établissement hospitalier européen à utiliser le Mazor XTM, un robot collaboratif pour la chirurgie spinale. Développée en Israël, cette technologie de pointe se présente sous la forme d’un bras robotisé solidaire à la table d’opération. Couplé à l’imagerie intra opératoire en 3D, il permet de définir une trajectoire idéale pour la pose d’implants neurochirurgicaux sur la colonne vertébrale (vis, aiguilles pour biopsie ou injections de ciment) notamment pour des stabilisations lombaires.

 

UN TROISIÈME BRAS POUR LIBÉRER LA MAIN DU CHIRURGIEN

Mazor XTM libère la main du chirurgien et, grâce à sa stabilité, rend le geste chirurgical plus précis, plus sûr et reproductible si nécessaire. «Mais il ne s’agit que d’un assistant robotique qui guide le geste chirurgical après programmation par le chirurgien» rappelle le Dr Duccio Boscherini, l’un des neurochirurgiens accrédités à la Clinique de La Source qui a initié l’acquisition de cette technologie. «Un robot ne pourra jamais remplacer l’humain. Le Mazor XTM évite au chirurgien de devoir effectuer plusieurs gestes à la fois et permet de maintenir une trajectoire idéale. La maîtrise du geste est constante, la programmation du mouvement du robot dépend toujours et uniquement du chirurgien».

«Pour les patients disposant d’une assurance de base, tous ces services sont accessibles aux mêmes tarifs que ceux des hôpitaux publics»

PLUS DE SÉCURITÉ LORS DE L’INTERVENTION

«Jusque dans les années 2000, les neurochirurgiens devaient se contenter d’une radiographie en deux dimensions: les erreurs de placement étaient alors plus fréquentes, de l’ordre de 15 à 30%. L’arrivée de l’imagerie tridimensionnelle a permis de réduire ces risques à 2-3%. Avec le Mazor XTM, une étape de plus est franchie» souligne le Dr Boscherini. Au début de l’opération, le système O-arm® permet d’acquérir une série d’images intra opératoires en 3D. A l’aide d’une modélisation 3D de l’anatomie du patient, le chirurgien planifie son intervention avec le logiciel dédié de Mazor XTM. L’assistant robotique lui permet de définir la trajectoire optimale pour la pose – souvent délicate – d’implants ou de vis sur la colonne vertébrale. «La zone d’intervention ne mesure qu’entre 7 et 8 millimètres. Les vis, elles, ont un diamètre de 6,5 millimètres. Une extrême précision est donc nécessaire pour éviter de toucher un muscle ou un nerf. Mazor XTM permet de définir de façon virtuelle un point d’entrée idéal, le moins invasif possible, ainsi que l’emplacement et l’orientation des vis à poser.»

     Lors de l’intervention, le bras robotisé vient se positionner au bon endroit pour guider le chirurgien. Les instruments (trépans ou mèches) sont alors glissés à l’intérieur d’un tube pour atteindre la zone d’intervention. Le système étant géolocalisé, le bras maintient la meilleure trajectoire pendant le geste. Un vrai plus en matière de sécurité auquel s’ajoute celui de la précision. Peu invasive, l’intervention avec le Mazor XTM permet de réduire l’impact opératoire sur la musculature du patient et donc, de ce fait, la durée de son hospitalisation.

MOINS D’IRRADIATIONS

A mesure que la chirurgie spinale se fait de moins en moins invasive, le besoin pour le chirurgien de voir à l’intérieur du corps s’accroît. Les nombreuses radiographies nécessaires à un geste chirurgical sûr et précis ont pour conséquence une augmentation de l’irradiation des patients et de l’ensemble des soignants présents au bloc. Une étude  a pointé le fait que les chirurgiens spinaux sont 10 à 12 fois plus irradiés que leurs confrères orthopédistes. «Mazor XTM permet de réduire de façon significative cette irradiation. Seules deux acquisitions d’imagerie 3D sont effectuées en salle d’opération, la première en amont pour planifier la pose des implants puis à la fin de l’intervention quand le patient est toujours sous narcose, pour contrôler que le matériel chirurgical est bien positionné. Ceci permet de réduire la dose d’irradiations d’au moins 70% par rapport à un scanner pré et post opératoire» indique le Dr Boscherini.

 

UNE TECHNOLOGIE MAÎTRISÉE

21 stabilisations lombaires assistées par ce bras automatisé ont été réalisées par le Dr Boscherini en 2018. Emmanuel Grosjean, Chef du service biomédical de La Source, a coordonné l’implantation de cette nouvelle technologie dans la Clinique. «La phase d’apprentissage a été délicate et longue. Le Mazor XTM a représenté un véritable challenge pour toutes nos équipes du Bloc opératoire puisque nous sommes les premiers à l’utiliser sur sol européen.» Mais un pari réussi puisqu’après quelques mois seulement cette technologie est maîtrisée. «Dès le début de ce projet, nous nous sommes placés dans une optique de long terme. Le Mazor XTM est une technologie en évolution. Nous attendons la prochaine version qui rendra le Mazor XTM encore plus performant grâce à sa fusion avec le système O-arm® .»