RAPPORT ANNUEL 2018

LA FONDATION

Le mot du Président

edito_1

LA CLINIQUE

Quelques brèves de 2018

breve_sommaire

LA CLINIQUE

La Source pionnière en Europe

lasource_sommaire

LA CLINIQUE

Une approche pluridisciplinaire pour traiter l’obésité

une approche_sommaire

LA CLINIQUE

La Radio-oncologie: médecine de haute précision

radio_sommaire

LA CLINIQUE

La qualité au quotidien

la qualite_sommaire

LA CLINIQUE

Chiffres clés 2018

essentiel_sommaire

ÉCOLE

2018, une année qui restera dans les annales!

2018_sommaire

ÉCOLE

Beaulieu: plus qu’une extension, une vision

beaulieu_sommaire

ÉCOLE

Formation et Affaires estudiantines

formation_sommaire

ÉCOLE

Recherche & Développement et Prestations de service

recherche_sommaire

ÉCOLE

Affaires internationales

affaires_sommaire

ÉCOLE

Institut La Source

institut_sommaire

L’ÉCOLE

Bilan et Perspectives

bilan_sommaire

ÉCOLE

Diplômes et Prix

diplome_sommaire

LE CONSEIL DE FONDATION

Conseil de fondation

conseil_fondation_sommaire

ANNEXE

Dons reçus en 2018

dons_sommaire

ANNEXE

Remerciements

remerciements_sommaire

ANNEXE

Impressum

impressum_sommaire

RAPPORT ANNUEL 2018

La Radio-oncologie: médecine de haute précision

Deuxième cause de mortalité, le cancer touche chaque année 38’500 personnes en Suisse. Un peu plus de la moitié de ces patients sont amenés à recevoir un traitement de radiothérapie au cours de leur maladie. Cette spécialité médicale, aujourd’hui largement reconnue et parfaitement maîtrisée, a pris son essor au début du XXe siècle. Elle est basée sur l’administration de radiations ionisantes (des rayons X) pour détruire les cellules cancéreuses. Inauguré en 2000, le Centre de radio-oncologie de La Source est l’un des acteurs de pointe dans ce domaine en Suisse romande. Son Directeur médical, le Dr Abderrahim Zouhair, spécialiste en radio-oncologie/radiothérapie, revient sur les progrès considérables qu’a connu cette spécialité ces dix dernières années.

 

MIEUX VOIR POUR MIEUX CIBLER

De nouvelles formes de radiothérapie nécessitant un très haut degré de précision sont aujourd’hui possibles grâce à des appareils tels que le TrueBeam® acquis par la Clinique de La Source en 2011 déjà, le premier à être installé en Suisse romande. Ces traitements permettent de délivrer des doses élevées de rayons ultra-ciblés sur la tumeur, tout en diminuant de manière réellement significative le rayonnement sur les tissus sains avoisinants. «Les progrès de l’imagerie ont complètement changé la donne. Il y a 20 ans encore, on opérait en 2 dimensions avec les repères de la peau, se souvient le Dr A. Zouhair. La zone d’irradiation était plus large, de peur de manquer la cible. Aujourd’hui, des logiciels ultra performants permettent de fusionner différentes images entre elles (scanner PET-CT, IRM, etc.) pour délimiter la zone de traitement avec la meilleure précision possible. Mieux voir, c’est mieux cibler et épargner des rayons les tissus et organes sains.» Il ne s’agit parfois que de quelques millimètres, mais cela est essentiel lorsque la zone à atteindre se trouve tout près de structures nobles comme le cœur, lors du traitement d’un cancer du sein gauche par exemple ou de l’hippocampe, le siège de la mémoire, lors d’une tumeur au cerveau.

Les rayons sont délivrés en synchronisation avec le mouvement respiratoire du patient et en temps réel.

DES IMAGES EN 4 DIMENSIONS

Il arrive même que, dans certaines situations, le scanner de planification soit effectué en 4 dimensions (4D) pour prendre en compte les mouvements respiratoires du patient. Les appareils linéaires EDGE et TrueBeam® permettent la réalisation d’une synchronisation respiratoire. Un véritable progrès lorsqu’il s’agit de traiter les tumeurs localisées dans les organes bougeant lors de la respiration, comme les poumons et le foie. «Les rayons sont délivrés en synchronisation avec le mouvement respiratoire du patient et en temps réel précise le Dr A. Zouhair, ce qui permet de traiter une zone plus réduite, tout en diminuant les doses sur les organes avoisinants. Le patient est ainsi assuré de ne recevoir que la dose requise et au bon endroit». Une nouvelle technique en cas d’irradiation du cancer du sein gauche a ainsi vu le jour. Il y a quelques années encore, le cœur recevait passablement de radiations en raison de sa proximité avec le sein gauche. Ce n’est plus le cas aujourd’hui grâce aux appareils tels que le TrueBeam® et le Edge: les rayons sont administrés sur le sein gauche au moment où la patiente respire profondément. Le cœur se trouve ainsi éloigné de la zone irradiée. Il s’agit d’une technique dite DIBH «Deep inspiration breath hold».

 

95% EN AMBULATOIRE

La radiothérapie peut être utilisée seule, ou associée à d’autres traitements, comme la chirurgie, la chimiothérapie, l’immunothérapie et l‘hormonothérapie. Avec l’avantage d’être pratiquée à 95% en ambulatoire. Dans certains cas de tumeurs cancéreuses primaires ou de métastases inopérables, les traitements sont effectués à dose unique, on parle alors de radio-chirurgie, ou en quelques séances avec la radiothérapie stéréotaxique. Deux à huit fois plus brèves qu’une radiothérapie classique, ces séances sont mieux supportées et beaucoup plus confortables pour le patient. «Pour certains types de cancer, par exemple des tumeurs de petite taille au cerveau, la radiothérapie est une alternative efficace à la chirurgie. Une seule séance de quelques minutes peut suffire à éradiquer la tumeur à 98%» explique le Dr A. Zouhair.

VISÉE CURATIVE, PALLIATIVE OU ANTALGIQUE

La radiothérapie est indiquée pour tout type de cancer. En fonction de sa localisation et de son extension, on distingue la radiothérapie à visée curative ou palliative. La radiothérapie à visée curative a pour objectif d’éradiquer le cancer, seule ou en association avec d’autres traitements. C’est le cas notamment pour les deux cancers les plus fréquents, celui de la prostate chez l’homme et celui du sein chez la femme. Lorsque la maladie est à un stade disséminé, la radiothérapie à visée palliative a pour but d’améliorer le confort et préserver la qualité de vie du patient. Elle permet de diminuer voire supprimer les symptômes (douleurs, saignements et infiltrations nerveuses) en ralentissant la progression de la maladie durant des mois voire des années.

     La radiothérapie peut également être préconisée dans le traitement de maladies non cancéreuses, grâce à ses effets anti-inflammatoires.

 

IDENTIFIER LA MEILLEURE STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE POUR CHAQUE PATIENT

A La Source, la prise en charge des patients atteints du cancer est personnalisée. Elle tient compte non seulement de la biologie tumorale, de la localisation et de l’étendue du cancer, mais également de l’état général du patient au moment du diagnostic. La situation de chaque patient est discutée de manière interdisciplinaire lors du «Tumor Board» hebdomadaire qui réunit différents spécialistes. Objectif: définir la meilleure approche thérapeutique pour chaque patient.

 

UNE ÉQUIPE HAUTEMENT QUALIFIÉE

Si les développements technologiques récents ont permis à la radio-oncologie de faire un bond en avant considérable, le facteur humain reste capital pour le Dr A. Zouhair. «Après 30 ans d’expérience, je sais qu’un bon traitement radio-oncologique ne peut se faire que grâce à une équipe de grande qualité. Celle du Centre de radio-oncologie – médecins radio-oncologues, physiciens médicaux, dosimétristes, techniciens en radiologie médicale, assistantes et secrétaires médicales – est tout simplement exceptionnelle. La technologie ne peut pas tout. Il faut des gens extrêmement qualifiés pour la comprendre et la maîtriser».

En savoir plus sur le Centre de radio-oncologie.