RAPPORT ANNUEL 2018

LA FONDATION

Le mot du Président

edito_1

LA CLINIQUE

Quelques brèves de 2018

breve_sommaire

LA CLINIQUE

La Source pionnière en Europe

lasource_sommaire

LA CLINIQUE

Une approche pluridisciplinaire pour traiter l’obésité

une approche_sommaire

LA CLINIQUE

La Radio-oncologie: médecine de haute précision

radio_sommaire

LA CLINIQUE

La qualité au quotidien

la qualite_sommaire

LA CLINIQUE

Chiffres clés 2018

essentiel_sommaire

ÉCOLE

2018, une année qui restera dans les annales!

2018_sommaire

ÉCOLE

Beaulieu: plus qu’une extension, une vision

beaulieu_sommaire

ÉCOLE

Formation et Affaires estudiantines

formation_sommaire

ÉCOLE

Recherche & Développement et Prestations de service

recherche_sommaire

ÉCOLE

Affaires internationales

affaires_sommaire

ÉCOLE

Institut La Source

institut_sommaire

L’ÉCOLE

Bilan et Perspectives

bilan_sommaire

ÉCOLE

Diplômes et Prix

diplome_sommaire

LE CONSEIL DE FONDATION

Conseil de fondation

conseil_fondation_sommaire

ANNEXE

Dons reçus en 2018

dons_sommaire

ANNEXE

Remerciements

remerciements_sommaire

ANNEXE

Impressum

impressum_sommaire

RAPPORT ANNUEL 2018

Affaires internationales

 

Mobilité et carrière infirmière.

Les chiffres sont réjouissants: 65% des diplômés Bachelor 2018 ont réalisé un projet à l’étranger durant leur cursus; 127 étudiants sur les 823 en cours de formation ont préparé leur sac pour une immersion au-delà des frontières. Mais qu’en est-il de la valeur ajoutée de ces voyages alors que le risque zéro et à la réduction drastique des vols en avion sont dans l’air du temps?

     Outre la simulation, l’immersion réelle permet d’expérimenter ses compétences et ses limites de façon plus directe et parfois influence une carrière de façon déterminante.

     Les photos partagées par nos étudiants depuis le Canada, l’Inde, le Portugal ou Madagascar montrent le côté pile de la mobilité: rencontres avec des collègues souriants et accueillants, le soleil et parfois même la mer, les rires partagés lors de situations insolites.

     La partie face, elle, est moins rose mais très formatrice également. L’accessibilité limitée aux soins de certaines populations suscite l’incompréhension. Des plaies surinfectées à l’odeur pestilentielle, le désespoir d’une maman qui voit son bébé mourir ou encore la corruption à l’intérieur d’un service de soins sont autant d’expériences marquantes. Au-delà de l’acquisition de compétences dites «classiques», c’est ce que les étudiants ont vu, compris et surtout ressenti qui contribue à leur professionnalisation: l’injustice, les inégalités, la très grande pauvreté mais aussi des attitudes comme la bienveillance, la solidarité et la créativité.

     Suite à une expérience à l’étranger, certains se dirigent vers des soins humanitaires. Ils débutent par une expérience clinique forte, poursuivent avec une formation en médecine tropicale ou en santé publique et repartent, cette fois, pour un engagement plus long. Ils perpétuent ainsi une tradition ancrée dans l’histoire de l’Ecole, celle de l’ouverture vers le monde.